Cépages

  • Blanc
  • Indigène
  • 29 Ha (0.2%)

Humagne Blanc

L'Humagne Blanc a été mentionné en Valais (Suisse) dans un parchemin en 1313 aux côtés de la Rèze, ce qui en fait un des plus anciens cépages d'Europe. Le test ADN a montré qu'il est le parent du Lafnetscha et du Himbertscha, et qu'il pourrait avoir des origines ancestrales dans les Pyrénées-Atlantiques (F). Son nom dériverait du grec hylomaneus=foisonnant. Il n'a génétiquement rien à voir avec l'Humagne Rouge. Cépage tardif et vigoureux, l'Humagne Blanc était l'un des cépages les plus répandus en Valais jusqu'au 19ème siècle. Ses vins sont délicats, élégants, avec des notes de noisettes, tirant sur la résine avec l'âge.
  • Rouge
  • 29 Ha (0.2%)

Cabernet Dorsa

-
  • Blanc
  • Allogène (après 1900)
  • 29 Ha (0.2%)

Johanniter

Hybride issu d'une auto-fécondation artificielle de Riesling × Freiburg 589-54 (avec lui-même), le Johanniter a été obtenu en 1968 au centre de recherches de Freiburg dans le Bade-Wurtemberg (D). Il a été nommé en l'honneur de l'ancien directeur Johannes Zimmermann. Très productif et multi-résistant, il donne en Suisse des vins frais, sur les agrumes, avec une amertume souvent cachée par un peu de sucre résiduel.
  • Rouge
  • Allogène (après 1900)
  • 26 Ha (0.18%)

Dunkelfelder

Croisement artificiel de parents non divulgués, le Dunkelfelder a été obtenu par Gustav Adolf Fröhlich (1847–1912), un hybrideur privé à Edenkoben dans le Palatinat rhénan (D). L'ADN réfute l'hypothèse Blauer Portugieser × Teinturier. Son nom lui a été donné dans les années 1970 en référence à son origine inconnue et sa couleur (Felder=champ et dunkel=foncé). Précoce, à jus rouge, il est sensible à l'oïdium. Il est cultivé en Suisse essentiellement pour améliorer la couleur des assemblages.
  • Blanc
  • Allogène (après 1900)
  • 26 Ha (0.18%)

Solaris

Hybride Merzling × Geisenheim 6493 obtenu en 1975 à Freiburg dans le Bade-Wurtemberg (D) et autorisé en 2004, le Solaris a été nommé en référence au soleil, symbolisant sa vigueur et sa précocité. En Suisse, ce cépage très résistant aux maladies fongiques est planté en particulier par des producteurs soucieux de l'environnement, car il ne nécessite pas beaucoup de traitement.
Noms associés: 
(FR 240-75)
  • Blanc
  • Allogène (après 1900)
  • 26 Ha (0.18%)

Müller-Thurgau

Longtemps considéré à tort comme un croisement artificiel Riesling × Sylvaner obtenu par le Suisse H. Müller en 1882 en Allemagne, le test ADN a démenti cette parenté en montrant en 2000 qu'il s'agit en fait d'un Riesling × Madeleine Royale. Malgré tout, le nom de Riesling × Sylvaner (ou Riesling-Sylvaner) a été conservé à tort en Suisse, où ce cépage très précoce, aux rendements abondants et sensible aux maladies fongiques, donne des vins légers, aromatiques et peu complexes.
Noms associés: 
Riesling × Sylvaner
  • Blanc
  • Traditionnel (av. 1900)
  • 26 Ha (0.18%)

Räuschling

Vieux cépage allemand de la région de Landau (Rheinland-Pfalz) où il a été mentionné pour la première fois en 1546, le Räuschling était autrefois également répandu dans le Wurtemberg, en Alsace et au nord de la Suisse. Son nom dériverait du verbe rauschen, en référence au son du vent à travers le feuillage dense. Le test de paternité a permis de déterminer que le Räuschling est un croisement naturel entre le Gouais et le Savagnin, tous deux très répandus au Moyen Age en Europe. Le Räuschling a aujourd’hui quasiment disparu de sa région d’origine et ne se trouve plus qu’en Suisse allemande (Zürich, Saint-Gall et Schwyz). Son vin est léger, avec une belle acidité, héritée sans nul doute de ses parents, offrant de délicates notes de citron.
  • Blanc
  • Allogène (après 1900)
  • 25 Ha (0.17%)

Kerner

Croisement artificiel Schiava Grossa × Riesling obtenu en 1929 au centre de recherches de Weinsberg dans le Bade-Wurtemberg (D), le Kerner a été nommé en l'honneur du docteur Justinus Kerner qui écrivait des chansons à boire. Productif et sensible à l'oïdium, il résiste bien au froid. En Suisse, ses vins rappellent le Riesling, avec une acidité plus faible.
  • Rouge
  • Allogène (après 1900)
  • 25 Ha (0.17%)

Ancellotta

Cépage originaire de l'Emilie-Romagne dans le nord de l'Italie, l'Ancellotta a été nommé d'après la famille Lancellotti de Modène qui l'a vraisemblablement propagé depuis les 13ème et 14ème siècles. En Suisse, ce cépage tardif, riche en couleur et relativement neutre au goût est cultivé principalement en Valais, généralement utilisé pour améliorer la couleur des vins locaux à base de Pinot. C'est un des parents du Galotta.
  • Blanc
  • Allogène (après 1900)
  • 24 Ha (0.17%)

Aligoté

L'Aligoté est un croisement naturel Pinot × Gouais Blanc apparu vers la fin du 18ème siècle dans la vallée de la Saône en Bourgogne (F), C'est donc un frère du Gamay, du Chardonnay, du Melon et d'autres cépages moins connus. Son nom dériverait de Gôt, un vieux synonyme du Gouais Blanc, son géniteur autrefois très répandu et désormais presque éteint. Précoce et sensible aux maladies fongiques, avec des rendements variables selon les terroirs, l'Aligoté est planté surtout en Côte d'Or et dans le Chablis en Bourgogne, où on l'utilise également pour faire du kir. En Suisse, on le trouve principalement à Genève, où il donne des vins à l'acidité naturelle rafraîchissante.