Actualités

Une vendange 2018 sucrée, faste et bonne pour le rouge

Source /
Cécile Collet

Le taux de sucre 2018 est six degrés Œchslé plus élevé que la moyenne de la période 2007-2017.

Le gamay et le pinot noir vaudois 2018 seront exceptionnels! Jamais depuis trente ans le taux de sucre dans les baies rouges n’avait été aussi élevé (96 °Oe et 103 °Oe), indique le Canton. Mais la part rouge du vignoble, même si elle est passée d’un quart à un tiers entre 1994 et 2008, reste minoritaire: le millésime vaudois 2018 (29,2 millions de litres) se compose de 8,3 millions de litres de vin rouge, contre 20,9 millions de blanc, dont 93% de chasselas. Vaud et ses 3805 hectares de vignes (moins de 5% de la surface agricole) est le deuxième canton viticole suisse après le Valais, mais le premier en termes de production de blanc.

Les conditions météorologiques exceptionnelles ont permis à tous les cépages de se gorger de sucre. Avec un total de 86 degrés Œchslé, le résultat cantonal moyen est de six degrés plus élevé que la moyenne sur la période 2007-2017. Le chasselas, habituellement peu sucré, est monté à 83 degrés Œchslé, ce qui constitue le deuxième résultat le plus élevé après celui de 2015. Avis à ceux qui possèdent une bonne cave, les crus 2018 devraient donc offrir un fort potentiel de garde.

En moyenne en 2018, 1 m2 de vigne a donné 0,77 litre de vin, soit environ 5% de plus que la moyenne des dix dernières années. Ce rendement est légèrement supérieur pour les cépages blancs (0,85 l/m2), en particulier pour le chasselas, que pour les rouges (0,64 l/m2).