Actualités

Le meilleur cabernet du monde est valaisan

Source /
Jean-Yves Gabbud

Le cabernet sauvignon 2017 du Caveau de Salquenen a décroché le trophée du meilleur cabernet du monde lors du concours international dédié à ce cépage qui s’est tenu à Lyon.

Image: les propriétaires du Caveau de Salquenen, François Kuonen et Patrick Revey, et l'eonologue Larissa Kuonen présente la bouteille contenant le meilleur cabernet du monde.

Le concours international des cabernets 2019, organisé à Lyon, a rendu son verdict. C’est une cave valaisanne, le Caveau de Salquenen Gregor Kuonen, qui a obtenu le trophée du meilleur cabernet du monde 2019. C’est la première fois qu’un vin suisse décroche cette récompense.

Nouveau succès pour le Caveau de Salquenen

Le vin qui a conquis un jury composé des meilleurs sommeliers français est un cabernet sauvignon 2017, élevé en barrique. Sur le site internet du concours des cabernets, le président du jury, Jean-Pascal Paubert commente le vin vainqueur: «Ce cabernet est vraiment sur l’authenticité. On retrouve le côté classique du cépage cabernet sauvignon: la droiture, le fruit, sans exagération.»

Le Caveau de Salquenen est habitué des reconnaissances prestigieuses internationales. Sa syrah 2015 a été classée parmi les dix meilleures syrahs de la planète lors d’une confrontation internationale organisée en France et son cabernet franc 2012 a été déclaré meilleur vin rouge suisse au Decanter World Wine Award. «Ces prix prouvent à quel point les raisins de cabernet, originaires de la région de Bordeaux, prospèrent dans les vignobles autour de Salquenen», se réjouissent les propriétaires du Caveau de Salquenen dans un communiqué. La cave, qui porte le nom de son créateur, appartient à François Kuonen et à Patrick Revey et doit beaucoup à son œnologue Larissa Kuonen.

Le Valais terre d’accueil pour les grands vins

Si le cabernet est le cépage le plus répandu dans le monde, il est très peu présent en Valais. Le cabernet sauvignon couvre 0,56% de la surface du vignoble valaisan et le cabernet franc un petit peu moins encore. Les deux cabernets se retrouvent majoritairement dans la partie francophone du canton.

«Le Valais est une belle terre d’accueil pour la vigne», note le directeur de l’Interprofession de la vigne et du vin Gérard-Philippe Mabillard. «Ce nouveau succès confirme qu’on peut élever de très grands vins en Valais, aussi bien avec les cépages autochtones qu’avec les cépages internationaux.»